« Venise sous la neige » par la Cnie Antéros

P1050190_cover

Compagnie Antéros
5 octobre au 9 novembre 2013 à 20 heures
Teamtheater Tankstelle



Bonjour à tous,

Avec la rentrée les activités théâtrales ont aussi repris et nous retrouvons la Compagnie Antéros au Teamtheater Tankstelle entre le 5 octobre et le 9 novembre 2013 avec la pièce « Venise sous la neige » comédie de Gilles Dyrek (toutes les infos pratiques font suite à l’article).

Peut-être aurez vous déjà vu sur scène trois des acteurs dans l' »Illusion conjugale » l’an passé : Marie Nebel, Marcus Morlinghaus (également le metteur en scène de « Venise sous la neige » ou Thierry Seroz. Cécile Bagieu joue également dans « Venise sous la neige ».


P1050329

– En résumé –

Entraînée par son copain Christophe avec qui elle vient de se disputer, Patricia arrive furieuse à un dîner « entre amis » où elle ne connaît personne. Comme elle ne dit pas un mot, on la prend pour une étrangère. Elle entretient alors le quiproquo et fait voler la soirée en éclats…


P1050247

– L’interview –

Marcus Morlinghaus joue dans « Venise sous la neige mais en est également le metteur en scène. Il a bien voulu répondre à mes questions, j’espère que la suite vous intéressera. Merci Marcus !


P1050196

Souhaiteriez-vous vous présenter aux lecteurs en quelques lignes ?

Je m’appelle Marcus Morlinghaus, j’ai étudié l’art dramatique à l’Université de Musique et d’Arts Dramatiques de Graz en Autriche, ainsi que la mise en scène chez Willi Bernhart. Depuis j’ai travaillé comme acteur principalement dans le théâtre, mais aussi pour la télé et le cinéma. Dès le début, j’ai eu la chance de travailler avec des metteurs en scènes de grand talent et notoriété, pour qui je garde un très grand respect. Il m’a fallu attendre de longues années d’expérience comme acteur, professeur de théâtre et d’assistant à la mise en scène pour le théâtre et l’opéra, avant d’oser me lancer dans ma première mise en scène en 2004.

Depuis je travaille régulièrement à la mise en scène pour le théâtre, le théâtre d’entreprise, le cabaret et ainsi que pour des court métrages et le film industriel. En 2008, j’ai gagné le prix d’innovation du film allemand pour une série de court métrages les „MONOPOL NEWS“ – Bien qu’un prix ne soit pas forcement révélateur de la qualité d’un travail, j’en suis très content, car ça me permet de gagner de la notoriété auprès de mes clients. Mon expérience à la fois d’acteur et d’auteur, m’apporte beaucoup dans le travail de la mise en scène. En tant que metteur en scène, je me vois comme le raconteur central d’une histoire, qui coordonne toutes les compétences des artistes qui participent à ce conte.

Pourquoi avez-vous choisi de faire la mise en scène de cette pièce ?

Petra Maria Grühn, la directrice du Teamtheater et de la Compagnie Antéros, m’avait proposé de faire la mise en scène de sa prochaine production française. Nous étions donc à la recherche d’une comédie attractive pour notre petit ensemble, lorsqu’un collègue m’a conseillé „Venise sous la neige“. Je l’ai lu et ça m’a plu, je voyais très bien Thierry Seroz et Marie Navarre (les acteurs de l’Illusion conjugale) dans ces rôles. J’ai donc proposé la pièce à Petra Maria Grühn. La version allemande de „Venise sous la neige“ ayant déjà connu un grand succés au Teamtheater quelques années auparavent, Petra Maria Grühn était d’accord pour la présenter au public francophone.


P1050304

Qu’est-ce qui vous plait particulièrement dans cette pièce ?

D’abord j’adore l’idée de base : une femme frustrée se fait passer pour une étrangère à une soirée ennuyante en se moquant de ses hôtes, pour provoquer son ami avec lequel elle est en pleine crise. Non seulement Gilles Dyrek a trouvé une bonne idée, mais il a su la mettre en oeuvre avec talent grâce à son instinct d’acteur. Il a écrit un dialogue vivant, efficace et riche en moments piquants.

Pourquoi avez-vous choisi de jouer également ?

Il s’est avéré que l’acteur qui devait jouer Christophe, devait jouer aussi dans une autre pièce présentée au Teamtheater. Le temps des répétitions et de ses représentations se chevauchaient, il a fallu trouver rapidement un autre acteur. Nous n’avions pas d’autre acteur francophone sous la main. Bien que cela ne soit pas des conditions idéales pour la mise en scène, nous nous sommes donc mis d’accord avec Petra Maria Grühn pour que je joue le rôle de Christophe. J’ai déjà fait la mise en scène dans des pièces où je jouais mais ces pièces étaient beaucoup moins complexe que celle-ci. Pour l’instant, ça se passe très bien, je suis épaulé par deux assistantes et Petra Maria Grühn, qui me soutiennent parfaitement. Mais je reste quand même un peu nerveux.


P1050265


Voulez-vous parler un peu du rôle que vous interprétez ?

Je joue le rôle de Christophe, l’ami de Patricia. Le couple est en pleine crise quand ils arrivent pour dîner chez un ancien copain de fac, perdu de vu depuis 15ans. Christophe va se donner beaucoup de mal pour tenter d’apaiser la situation et sauver les apparences. Il ne souhaite que la paix et la tranquillité et ne récolte que chahut, guerre et stress.

Dans cette constellation de caractères différents, Christophe est le clown blanc qui mets en valeur les autres personnages plus extrêmes, plus impulsifs, plus fous. Il représente la normalité qui est complètement dépassée par la folie qui fleurit autour de lui. Il se retient, essaie de gérer – Mais les turbulences de cette soirée vont lui faire perdre aussi la tête…

Quel(s) défi(s) avez-vous rencontrés lors de la mise en scène ?

La dramaturgie repose surtout sur un réseau complexe d’impostures et de disposition à se laisser piéger. Une composition intelligente de malentendus et de petits hasards bien réglés, de situations comiques plutôt que d’une histoire élaborée. Mais ce qui est fascinant, c’est que ça marche et ça tient! On se passe très bien d’une « Moral », d’une grande révélation finale dramatique qui prétend donner de la profondeur à cette charmante comédie.. Les comédiens, le rythme des actions, des répliques, des pensées des comédiens est capitale. Au delà du simple amusement, cette pièce permet d’observer et d’explorer comment les malentendus naissent, voir comment une dynamique de groupe fonctionne et comment les personnages, poussés par la volonté de se donner une image d’eux-mêmes, gesticulent intellectuellement avec des idées reçues et des lieux communs, faute de mieux. Mais malgré leur naïveté, leur mesquinerie et leur méchanceté, ces caractères nous semblent proches par moment, et nous paraissent très sympathiques au bout du compte.


P1050245
Pourriez-vous partager avec les lecteurs un lieu que vous appréciez particulièrement à Munich ?


Le Monopol (Dachauerstr. 126) et le Neues Arena (Hans Sachs Str. 7) sont deux cinémas à Munich que j’aime beaucoup pour leurs petites salles intimes, l’ambiance chaleureuse et accueillante et le choix de leur films de qualité. Le mardi, on peut y voir des films dans leur version originale sous-titrés en allemand. Christian Pfeil, le propriétaire de ces cinémas, en plus d’être un ami proche, est également l’acteur et le producteur avec qui j’ai réalisé les « Monopol News » tourné dans ses cinémas.


– Les infos pratiques –

Dates : du 5 octobre au 9 novembre 2013 ((spectacles tous les mer/jeu/ven/sam à 20 heures)
Lieu : Teamtheater Tankstelle, Am Einlaß 2a, Munich
Réservations : par téléphone 089-260 43 33 ou sur www.teamtheater.de


Nous souhaitons beaucoup de succès à la troupe, j’ai hâte de voir la pièce !



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :