Littérature : The Hunger Games

hunger_games4

Bonjour à tous,

Aujourd’hui je voudrais vous parler d’une trilogie qui a bien occupé mon été 2012 (oui je sais ça remonte à déjà à pas mal de temps) : The Hunger Games. Trois tomes de science-fiction !

Comment j’en suis arrivée à Hunger Games…
C’est au moment de la sortie du film en mars 2012 qu’une amie m’en a parlé. Elle m’a conseillé de lire les bouquins mais j’ai quand même commencé par voir le film. On me les a donc prêté, j’ai fait une pause entre temps avec d’autres livres parce que ça commençait à faire beaucoup de science-fiction pour moi.


C’est quoi ce livre alors ?
L’auteure : Suzanne Collins a fait paraître ces livres en 2008, 2009 et 2011.

Vous pourrez trouver des résumés très détaillés un peu partout sur le web donc je vous fais part ici de ce que j’ai retenu et de ce qui m’a marqué le plus.

Nous sommes dans une nation imaginaire (Panem), née de l’Amérique du Nord après une guerre civile. Le « Capitol » a repris le contrôle du pays divisé désormais en 12 districts. Ce dernier, plus qu’une capitale où y vivent les plus aisés, représente un pouvoir tyrannique qui règne sur les districts. Pour assoir sa légitimité, le Capitol organise des jeux annuels auxquels doivent participer un jeune garçon et une jeune fille de chaque district. Lors de ces jeux, les jeunes gens tentent de survivre, un seul doit sortir vainqueur.

Les héros que nous suivons sont des opprimés du pouvoir qui n’ont presque rien, vivant dans un des districts les plus pauvres. Katniss et Peta sont les représentants du district numéro 12 envoyés pour jouer lors des Hunger Games annuels.

Ce que j’en ai pensé…
La première lecture un peu naïve ne laisse peut-être pas voir les thèmes pourtant réfléchis de cette trilogie. Le style est simple oui, même en anglais et si on lit « platement » au premier degré on peut même parfois s’ennuyer un peu. Le deuxième niveau de lecture par contre fait apparaître des thèmes intéressants qui peuvent amener à une critique acerbe de la société actuelle.

Une dictature en fiction
On se trouve face à un pouvoir qui contrôle 12 districts. Chacun de ces districts est organisé de manière à subvenir aux besoins du pouvoir central et à cette minorité privilégiée. Les membres du Capitol abusent de leur pouvoir aussi l’injustice est ce qui frappe le lecteur dès les premières lignes. Dès lors, le lecteur prend parti pour les victimes de la tyrannie. Le contraste est accentué par l’écart marqué entre les districts vivant dans la pauvreté et la vie d’abondance menée par le Capitol.

La transposition cinématographique montre très bien le cynisme et l’horreur de la sélection de jeunes gens qui iront dans l’arène pour participer aux Hunger Games. Le contraste saute alors aux yeux lorsque sont montrés les habitants du Capitol qui se réjouissent et attendent avec impatience ce moment de l’année.



Téléréalité, l’horreur en high tech
Finalement, les Hunger Games ne sont ni plus ni moins qu’un grand jeu de téléréalité certes poussé à son extrême. Tout y est : les caméras, le public euphorique, le jeu des jeunes tribus condamnés devant récupérer des sponsors pour tenter de survivre. Cette fois, tout cela est allié à une technologie de pointe puisque le lieu des jeux est complétement contrôlé et high tech. Il est possible de déclencher tout à coup un feu de forêt pour rapprocher soudainement les participants ou encore de faire apparaître des monstres géants fabriqués de toute pièce.


Romance, oui mais pour journaux à scandale
Il y a bien sûr une histoire d’amour, qui malgré tout sert l’histoire dès le début et pour cette raison je trouve qu’elle s’intègre bien dans le roman. Katniss qui part représenter son district dans l’arène, fait semblant de tomber amoureuse de son « co-équipier » afin d’attirer les faveurs du public. Je trouve que cette histoire d’amour est bien menée dans le premier tome, mais bien moins par la suite.

Voilà, donc je vous conseille le tome 1, par contre la suite je trouve perso que le rythme est un peu trop lent. Le film permet de visualiser le monde complétement extravagant du Capitol mais on perd beaucoup sur le ressenti de l’héroïne.


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :